Projet

LAMINET

L’ADNe pour décrypter les interactions trophiques dans les forêts de laminaires de Bretagne
  • Période : 2019 -
  • Contact: Erwan Quéméré
  • Mots-clés : cascades trophiques / Interactions trophiques / Stabilité des réseaux / Stress abiotique / Communautés / Macroinvertébrés / Organes / Poissons / ADNe / Contenus stomacaux

Les forêts de laminaires sont un des écosystèmes sous-marins les plus emblématiques du littoral breton, tant pour leur valeur écologique, économique et culturelle. Elles hébergent un cortège foisonnant d’espèces d’algues épiphytes, de méiofaune et de macrofaune, qui sont des ressources importantes pour les pêcheries locales. Au niveau mondial, ces écosystèmes sont fragilisés par des épisodes de dénudation à large échelle du fait d’une conjonction de facteurs tels que la pollution, la surpêche, l’exploitation goémonière, des invasions biologiques ou des anomalies de température liées au changement climatique.  Les disparitions massives de laminaires s’accompagnent souvent de dérèglements dans leur dynamique trophique pouvant avoir des effets en cascade sur toute la communauté. Pour comprendre les liens entre biodiversité et fonctionnement des forêts de laminaires et en particulier les processus de « compensation biotique » qui favorisent leur résilience et stabilité à long terme, il est essentiel de connaitre les réseaux d’interactions qui relient les espèces au sein des communautés. Les approches utilisées traditionnellement pour déterminer les préférences alimentaires (isotopie, micro-histologie des contenus stomacaux) sont difficiles à développer sur un nombre important d’individus/taxons et restent peu précises. Ainsi, on manque de données sur les espèces qui dépendent directement ou indirectement de la fraction détritique des laminaires ou encore sur les consommateurs secondaires (poissons, macro invertébrés) qui interviennent dans la régulation des populations d’herbivores. Plus généralement, on manque de descripteurs de la qualité fonctionnelle des habitats pour évaluer l’impact des pressions anthropiques.

Ce projet vise à Identifier les interactions trophiques entre les organismes associés aux forêts de laminaire (phoque, oiseaux marins, poissons, invertébrés et algues) dans deux aires marine protégées (Parc National Marin d’Iroise et Réserve Naturelle Nationale des Sept Iles) en développant une approche génétique basées sur l’ADN environnemental (ADNe) dans les fèces et contenus stomacaux (métabarcoding ADN trophique).  Grâce à cette approche, nous évaluerons également les liens entre la structure trophique (régime alimentaire d’espèce bio-indicatrices), la biodiversité (benthique et ichtyologique) et la production secondaire (tailles et abondances des poissons) des forêts de laminaire le long de gradients côte-large de turbidité et de pressions anthropiques (clapage de sédiments).


Personnes impliquées

Financements

OFB

Région Bretagne  (SAD